Comment lire un emballage alimentaire ?

Vous être désireux de comprendre le jargon écrit sur les étiquettes des produits que vous achetez au quotidien. 

 

Qui n’a jamais tourné un emballage dans tous les sens pour lire les informations qui se trouvent dessus ? 

 

Que veulent dire les allégations nutritionnelles ?

Que faut-il retenir ?  

 

Afin d’y voir plus clair, voici l’ensemble des informations obligatoires enfin expliquées.

Diététique, Nutrition, 93, Delphine Bourlier, Diététicienne, Maigrir

Les mentions obligatoires sont les suivantes :

  • La dénomination de vente qui définit le produit
  • L’ origine s’il y a un risque de tromper le consommateur (moussaka grecque, origine France)
  • La quantité nette (en volume, ou masse)
  • La date de conservation pour les denrées périssable
    1. DLC (Date Limite de Consommation) « à consommer jusqu’au … » sur les produits comme la viandes et les produits laitiers. Les produits ayant une DLC dépassée ne doivent pas être vendus et ne doivent plus être consommés car il y a un risque d’intoxication alimentaire.
    2. DDM (Date de Durabilité Minimale) « à consommer de préférence avant… » sur les denrées peu périssables comme les conserves et les pâtes. Après cette date, il est possible de les consommer sans soucis pour la santé. Seule la qualité peut être altérée : la saveur, la couleur, la teneur en vitamine
  • Le titre alcoolémique pour les boissons à plus de 1,2% d’alcool
  • Les nom et adresse de l’exploitant
  • Le numéro de lot
  • Le mode d’emploi si besoin d’un usage particulier (cuisson des pâtes) ou une conservation spécifique (à conserver au frais à 4°C)
  • La liste des ingrédients toujours par ordre décroissant en quantité présente dans le produit. Il est obligatoire de mentionner les ingrédients représentant 2% du produit. Doit également figurer les OGM, les additifs ainsi que les allergènes
  • La quantité de certains ingrédients mis en avant dans la dénomination de vente ou sur l’étiquetage (biscuit au chocolat, ravioli de bœuf)
  • La déclaration nutritionnelle (obligatoire à partir du 13 décembre 2016)
    1. L’énergie en Kj et Kcal
    2. Les protéines en grammes : plus la quantité est élevée plus sa valeur nutritionnelle en protéines est bonne
    3. Les lipides en grammes dont acides gras saturés : un aliment est gras s’il contient plus de 10% de lipides. La quantité d’acides gras saturés doit être la plus faible possible
    4. Les glucides en grammes dont sucres : La quantité de glucides totaux comptabilise la totalité des sucres, à la fois les sucres complexes (lents) comme l’amidon et les sucres simples (rapides) comme le saccharose ou le lactose. Le « dont sucres » prend en compte l’ensemble des sucres simples (rapides) : le saccharose, le glucose, le fructose, le lactose, le galactose, le maltitol… C’est pour cette raison que l’on trouve une quantité de glucides dans un yaourt nature non sucré, c’est le lactose. Pour connaitre la quantité d’amidon, il faut soustraire la quantité précisée par le « dont sucres » à la quantité totale de glucides.
    5. Le sel en gramme

Source : http://www.economie.gouv.fr/dgccrf/Publications/Vie-pratique/Fiches-pratiques/Etiquetage-des-denrees-alimentaires

Écrire commentaire

Commentaires: 0